La crise de la conscription de 1917
La crise de la conscription de 1917
Texts
1 2 3
Images
1 2 3 4 5 6
En 1914, la Première Guerre mondiale éclate et le Canada se retrouve automatiquement en guerre au côté de la Grande-Bretagne. La volonté du premier ministre Robert Borden d'envoyer un grand nombre de soldats provoque des débats orageux au pays. Ces débats engendreront une véritable crise lorsque la conscription sera appliquée en 1917.

CONTEXTE HISTORIQUE
Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en 1914, le Canada est automatiquement entraîné dans le conflit aux côtés de la Grande-Bretagne. En effet, le Premier ministre du Canada, Robert Borden, déclare : « lorsque la Grande-Bretagne est en guerre, le Canada est en guerre; il n'y a aucune différence ». L'année 1916 est désastreuse pour les Alliés et la situation devient critique. Les Français et les Britanniques subissent des pertes effroyables, des mutineries éclatent dans l'armée française, pendant que les sous-marins allemands font des ravages, et que l'allié russe sera bientôt en pleine déroute. Un nouveau gouvernement prend place en Grande-Bretagne et, déterminé à remporter la guerre, on demande aux Dominions l'envoi de nouvelles troupes. Sur le front, les officiers du Corps expéditionnaire canadien réclame avec urgence de nouveaux renforts pour compenser les pertes. Robert Borden, fervent impérialiste, est déterminé à maintenir la participation canadienne, c'est pour lui le seul moyen que le Canada soit considéré comme l'égal de la Grande-Bretagne et non comme une simple colonie.

RÉSUMÉ DU CONFLIT
Les antécédents de cette crise peuvent remonter aussi loin qu'à la Guerre des Boers (1899-1902), et à la création d'une marine canadienne (1908), alors qu'il est question de la participation canadienne à des guerres impériales. Au début de 1917, Robert Borden se rend en Grande-Bretagne pour discuter de la poursuite de la guerre. Il constate que le Dominion de l'Australie, moins populeux, entretient plus de troupes que celui du Canada. Pourtant, le volontariat s'essouffle, et lorsqu'il revient de Grande-Bretagne, Borden est convaincu de l'importance d'instaurer la conscription pour compenser les pertes. Il fait donc adopter la Loi sur le service militaire. Il y a de nombreux anglophones parmi les fermiers, les chefs syndicaux et les pacifistes qui s'y opposent, mais ils ne possèdent pas de tribunes pour se faire entendre. Du côté des francophones, l'opposition est presque unanime. Henri Bourassa, symbole du nationalisme canadien-français, refuse que le gouvernement fédéral impose la conscription tant que le règlement 17 restera en vigueur en Ontario. Borden fait adopter la Loi des électeurs militaires, et la Loi des élections en temps de guerre puis il déclenche des élections. Les unionistes de Borden sont majoritaires dans toutes les provinces, sauf au Québec. Pourtant, si on enlève les suffrages des militaires, favorables à Borden, l'avance des unionistes tombe à 100 000 voix uniquement. Dans tout le pays, l'application de la conscription ne fonctionne pas très bien. Au Québec, le mouvement de protestation atteint son apogée lors de la fin de semaine de Pâques, où une émeute éclate à Québec et fait quatre morts. En mars 1918, les armées allemandes lancent une série d'offensives victorieuses, les Alliés ont un besoin urgent de renforts. Borden convoque le Cabinet en avril, et, après un débat orageux, fait annuler toutes les exemptions. Le pays sort profondément divisé de cette crise, et le Parti conservateur perd son influence au Québec et dans l'Ouest.

Concepts
Dominion
État rattaché à la couronne britannique et membre de l'Empire britannique. Si un Dominion peut régir ses affaires internes, il doit s'en remettre à la Grande-Bretagne pour ses relations avec les pays étrangers.

Empire britannique
Ensemble comprenant la Grande-Bretagne et ses colonies. En 1914, c'est l'empire le plus vaste du monde et ses possessions s'étendent sur tous les continents. Le statut du Canada est celui d'un Dominion. Les relations entre la Grande-Bretagne et ses colonies évoluent, et plusieurs de ces dernières souhaitent acquérir plus d'autonomie.

Corps expéditionnaire canadien (CEC)
Armée formée au Canada, en 1914, pour servir outre-mer. Le contingent est régi par la Loi sur l'armée britannique et possède le statut de troupe coloniale.

Colonie
Pays qui ne possède pas sa pleine souveraineté, et qui est placé sous l'autorité d'un autre pays.

Souveraineté
Caractère d'un État qui n'est pas soumis aux directives d'un autre État.

Impérialisme
Mouvement qui souhaite le maintien d'un lien entre le Canada et l'Empire britannique. Ces personnes considèrent que les Dominions doivent être vus comme des partenaires de l'empire et non comme des colonies.

Conscription
Système de recrutement qui classe la population (uniquement les hommes généralement) par catégorie d'âge. Certaines classes sont ensuite obligées d'effectuer leur service militaire. Au Canada, la conscription est établie par une loi votée à la Chambre des communes

Loi sur le service militaire
Loi adoptée le 29 août 1917 afin de lever 100 000 hommes pour renforcer les effectifs du Corps expéditionnaire canadien. La loi, qui comprend de nombreuses exemptions, est appliquée de façon irrégulière. Si 99 561 hommes sont enrôlés en vertu de la loi, seuls 24 100 soldats combattent effectivement au front avant la fin de la guerre.

Nationalisme canadien-français
Le nationalisme d'Henri Bourassa s'appuie sur l'union des deux peuples fondateurs (anglophone et francophone) lors de la création de la Confédération, en 1867. Ces deux peuples sont égaux et jouissent des mêmes privilèges. Il s'oppose aux partisans de l'impérialisme.

Règlement 17
Règlement du gouvernement de l'Ontario adopté en 1912 qui limite l'enseignement du français dans les écoles publiques de l'Ontario. Cette loi provoque le mécontentement des francophones dans tout le pays.

Loi des électeurs militaires
Loi qui étend le droit de vote à tous les hommes et les femmes du Corps expéditionnaire canadien.

Loi des élections en temps de guerre
Loi qui étend le droit de vote aux mères, épouses et aux sœurs des soldats en service tout en l'enlevant aux citoyens d'origine ennemie.

Cabinet
Bureau politique qui regroupe le Premier ministre et les ministres. Ces derniers sont issus du parti qui a le plus de députés à la Chambre des communes.