Les origines de la Confédération iroquoise
Des débuts difficiles > La prise de décision chez les Autochtones
La Confédération iroquoise (7th Floor Media)
À l'arrivée des Européens, les cinq tribus (nations) iroquoises (les Mohawks, les Onéidas, les Sénécas, les Cayugas et les Onondagas) forment une union politique : elles se consultent et prennent en commun les décisions concernant les relations à entretenir avec les autres groupes. Au début du 18e siècle, les Tuscaroras se joignent à la ligue, qui s'appellera dorénavant la Confédération des Six-Nations ou la Ligue des Iroquois. Souvent, on décrit la Ligue de façon imagée, comme une longue maison où chacune des Six-Nations aurait élu domicile. Les membres des Six-Nations s'appellent eux-mêmes les Haudenosaunis, c'est-à-dire «le peuple de la maison longue».

Selon la tradition, la Ligue des Iroquois aurait été créée à l'arrivée du prophète huron Dekanawideh sur le territoire des Iroquois à bord d'un canot en pierre; celui-ci aurait apporté la paix entre les Nations qui se faisaient la guerre. On pense que la Grande Loi de la Paix de Dekanawideh a établi la structure de base de la Ligue.

L'autorité suprême est entre les mains d'un conseil de 50 chefs (les sachems) choisis parmi les différentes nations. L'admissibilité à ces postes est transmise de génération en génération : quand un chef meurt, celui qui le remplace est désigné par les femmes dirigeantes du clan. Un autre groupe de chefs nommés les «chefs des pins», quant à eux, obtiennent leurs postes par leur mérite et non de manière héréditaire. Il y a également des chefs militaires qui sont nommés en temps de guerre. Chaque nation demeure seule responsable de ses propres affaires internes.

Les décisions prises par le conseil de la Ligue doivent être unanimes. Même s'il faut bien dire que ce sont les anciens et les chefs de grandes familles qui ont le plus d'influence. Quand il est impossible de recevoir l'accord de tous, chacun se retire, on attend un peu et on aborde le sujet à nouveau un peu plus tard.